Le stress, ce mécanisme de survie intelligent de notre cerveau
👣

Le stress, ce mécanisme de survie intelligent de notre cerveau

25 JANVIER 2022

Ce n'est pas le stress qui nous tue, c'est notre façon de réagir face à celui-ci...

Voici une déclaration de Hans Seyle, médecin canadien et pionnier de la recherche sur le stress, qui m'a beaucoup touchée tant elle est vraie et confrontante. Il dit : Le stress peut être dangereux, oui, mais ce qui est encore plus dangereux, c'est notre (non-)réaction face à lui....

La gestion du stress et la prévention du burn-out étant l'un des points d'attention de mes clients en coaching, j'aimerais partager avec vous quelques réflexions qui ont été déclenchées par cette citation.

De nos jours, le mot "stress" est surutilisé, tellement surutilisé que nous n'y prêtons même plus attention. Nous disons et entendons si souvent les autres dire "je suis stressé", "j'ai beaucoup de stress en ce moment", "j'ai besoin de décompresser" que nous avons tendance à considérer cet état mental et physique comme normal et - ce qui est encore mieux - à l'accepter.

Pourtant, il existe un véritable stress lié à notre mode de vie. Nous sommes stressés à cause des listes de choses à faire, des situations ou environnements de travail, de la logistique des enfants, des courses, de la circulation, des trajets quotidiens, des problèmes de santé, de la perte d'un emploi, des problèmes financiers, des catastrophes naturelles, des pandémies, des relations, des médias sociaux... et la liste est sans fin. Mais il existe deux catégories de stress.

Il y a le stress positif "à court terme", le coup d'adrénaline, qui est une réaction normale de notre cerveau, de notre système nerveux et endocrinien à une situation inattendue, dangereuse ou difficile. Ce stress nous aide à être vigilants, à nous protéger, à être performants... Souvenez-vous d'un moment où vous avez pu éviter un accident, courir encore plus vite ou réaliser une grande performance.

Le stress qui n'est pas bon pour nous est celui que nous ressentons tous les jours et sur de plus longues périodes en raison de notre contexte de travail, de la façon dont nous organisons notre vie et aussi en raison d'événements de vie difficiles. C'est un sentiment d'être dépassé qui stimule la production importante d'hormones de stress (adrénaline, noradrénaline, cortisol) et la dérégulation de notre système nerveux et hormonal. Les conséquences sont des troubles du sommeil, une baisse d'énergie, des problèmes de concentration, une perte de confiance en soi, des peurs, etc.

Si ce type de stress chronique est simplement accepté et classé comme normal et n'est donc pas pris au sérieux, il peut nuire à notre santé de manière importante (dysfonctionnement de notre système immunitaire, inflammation silencieuse dans nos organes, problèmes cardiovasculaires, etc.) Et - très souvent, les gens ne le voient pas venir -, mais un jour leur moteur peut tout simplement s'arrêter. Ils ne peuvent plus se lever le matin, ils n'ont plus d'énergie, ils ne peuvent plus travailler... ils sont en burn-out et ont besoin d'une aide médicale et éventuellement psychologique pour retrouver leur vitesse de croisière pendant plusieurs mois, voire plusieurs années.

Il s'agit en fait de notre réaction aux symptômes de stress que nous ressentons. Les signes de stress sont un mécanisme de survie intelligent initié par notre cerveau, mais nous devons les reconnaître et réfléchir à leurs causes profondes. Ce n'est qu'alors que nous pourrons commencer à réfléchir à ce que nous devons changer et à la manière de le faire afin de sortir de la spirale du stress.

CONTINUONS donc à parler du stress, ARRÊTONS d'accepter le stress permanent et COMMENÇONS à réagir aux signes de stress envoyés par notre cerveau.

Kristina De Raeymaeker - Coach professionelle certifiée ICF - Coach Coachello